Contexte : Il y a bien longtemps que j'ai le permis, et je conduis, la plupart du temps, sans vraiment y penser, et plutôt vite lorsque je suis pressée.

Le - pour la planète : Le transport routier est responsable d'environ 30% des émissions de CO2 dans l'atmosphère. Contrairement à une idée répandue, les camions et les cars ne contribuent pour leur part qu'à un quart des émissions totales de l'ensemble des véhicules : les trois quarts restants sont donc le fait des voitures individuelles.

Le geste TE : Je réduis ma vitesse pour réduire mes émissions, car  les rejets de CO2 sont directement fonction de la vitesse du véhicule.

Comment : En France, la vitesse est réglementée partout. Je roule donc systématiquement en dessous des maximum autorisés, sauf en ville dans les zones 30 (où je me contente de rétrograder en 2nde) : pas plus de 120 km/h sur autoroute, 80 km/h sur les nationales, 65 km/h dans les zones 70, 45 km/h en agglomération.

Un réflexe à travailler, qui est d'autant plus léger que je ne suis pas en retard : je cherche donc à m'organiser en conséquence (ce qui n'est pas du tout facile pour moi, bien qu'un effort à ma portée).

A l'échelle individuelle, rouler pépère permet de réduire les émissions de CO2 de 10% à 20%, selon les axes. Et de réduire dans le même temps sa consommation de carburant. Pas mal, non ?

Je roule pépère
Retour à l'accueil