Contexte : Pour accroître la vitesse de renouvellement des achats, les concepteurs de produits manufacturés ont inventé l'obsolescence programmée : introduction d'un petit programme ou d'une pièce fragilisée pour déclencher une panne, ou réparation impossible par l'inaccessibilité du moteur.

Le - pour la planète : Des émissions de GES en pagaille pour gérer les déchets, produire du neuf et le transporter.

Le geste TE : Connaître ses droits.

Comment : La loi reconnait désormais que l'obsolescence programmée est un délit, passible de 2 ans de prison et de 300 000€ pour un individu, ou de 5% du chiffre d'affaire pour une entreprise.

Mais c'est une loi difficile à appliquer si les consommateurs ne se plaignent pas. Il nous appartient donc de choisir des produits de bonne qualité en questionnant les vendeurs, notamment sur la durée de la garantie et la durée de disponibilité des pièces de rechange, car les fournisseurs ont désormais l'obligation de nous en informer. On peut contacter une association de consommateurs en cas de constat d'obsolescence programmée manifeste.

L'association HOP (Halte à l'Obsolescence Programmée) met les consommateurs victimes en relation pour intenter des actions en justice groupées. Son site est une mine d'information. On y trouve des listes de marques à fuir, et où trouver des pièces détachées pour réparer sa machine.

Un excellent reportage d'Arte visible ici nous explique tout sur l'affaire.

 

Délit d'obsolescence
Retour à l'accueil