Contexte : En cette période où l'on fête l'automobile au salon, nombreux sont les gens qui s'interrogent pour changer de voiture, en neuf ou occasion. Le marché de l'automobile est au beau fixe et les marges des entreprises n'ont jamais été aussi hautes depuis la crise de 2008.

Le - pour la planète : Ce dynamisme rend le secteur plus orgueilleux que jamais, avec un nombre considérable de véhicules (surtout haut de gamme) qui dépassent allègrement tous les seuils légaux de limitation de la pollution, que ce soit en GES ou en particules fines (sur 52 véhicules diesel neufs testés en avril 2016, seuls 11 ne dépassent aucun seuil).

Le geste TE : Inclure dans ses critères de choix le respect de toutes les normes anti-pollution.

Comment : Suite au scandale Volkswagen, un accord prévoit la mise en place progressive, à partir de 2017, de tests d’émissions des gaz polluants, supposés être mieux à même de déceler les tricheurs. Ces essais se dérouleront désormais en conditions réelles de conduite, et non plus seulement en laboratoire.

Nous aurons donc de plus en plus de moyens de nous informer sur cet aspect essentiel du choix d'un nouveau véhicule.

Vous pouvez lire ici le Contrôle des émissions de polluants atmosphériques et de CO2 mené sur 86 véhicules (juillet 2016) par la Commission indépendante mise en place par le Ministère de l'environnement suite à l'affaire VW. On y apprend notamment que des constructeurs savent manier la langue de bois et être de mauvaise foi, et qu'ils ne sont pas égaux dans la prise en compte de l'enjeu environnemental de leur profession. Les mesures de contrôle y sont détaillées par marques et par modèles.

Pas complice des truqueurs !
Retour à l'accueil