Contexte : Le jour du Réveillon de Noël, on pourrait s'attendre à un sujet de communion, et non de discorde. Or c'est de cette dernière que je souhaite parler aujourd'hui.

En cette année 2016 qui s'achève, se trouvent à la tête du monde un climatosceptique assumé (Trump, pour qui le réchauffement climatique serait une invention chinoise pour discréditer l'industrie américaine) et un climato-dubitatif (Poutine, qui affirme publiquement que l'activité humaine pourrait ne pas être à l'origine du réchauffement).

Par ailleurs, de très nombreuses théories prétendent, en niant les certitudes des scientifiques, détenir une "post-vérité" à la fois rassurante et inquiétante (le réchauffement serait une chimère), et sont largement défendues par des hommes de pouvoir dans le but de s'attirer la sympathie des électeurs que le sujet indispose. De purs mensonges électoraux peu dénoncés : " En matière de climat, il faut dix secondes pour dire une ânerie et dix minutes pour expliquer pourquoi c'est une ânerie " (En savoir plus)

Le - pour la planète :  L'urgence de l'action est trop souvent renvoyé à une date ultérieure.

Le geste TE : Ne pas se laisser dire n'importe quoi par n'importe quel inconnu ou n'importe quel candidat, s'informer à la source scientifique, se baser sur des faits et jamais sur des impressions, fuir les sites sans référence sérieuse, défendre la vérité dans son entourage.

Comment : Le site du Ministère de l'environnement, de l'écologie et de la mer est une bonne source, fidèle aux écrits scientifiques. Il contient notamment les panneaux d'une exposition éclairante et objective : Le climat change.

Le site Manicore, tenu par l'expert Jean Marc Jancovici, est une mine d'informations didactiques et scientifiques sur le réchauffement. Il contient également une " Lettre ouverte aux journalistes qui ouvrent leurs colonnes - ou leur antenne - à n'importe qui et à n'importe quoi en matière de climat (et de science), pourvu que ça mousse".

Gare, climato-sceptique...
Retour à l'accueil