Contexte : Dans ma maison douillette, j'ai des envies de thé/tisane plusieurs fois par jour, en cette approche de l'hiver.

Le - pour la planète : Il faut beaucoup d'énergie pour amener de l'eau, comme toute autre chose, d'une basse température à une haute température.

Le geste TE : Adopter définitivement certains principes de chauffage de l'eau, qui réduisent la dépense en énergie.

Comment : D'abord, utiliser une bouilloire électrique, car elle chauffe l'eau de façon beaucoup plus efficace que la casserole ou la bouilloire classique (qui chauffent également l'air ambiant). Je l'utilise aussi lorsque je fais chauffer l'eau des pâtes, du riz, des légumes, etc.

Les bouilloires les plus puissantes sont les plus rapides, mais également les plus coûteuses en énergie : le rapport entre les plus basses et les plus hautes émissions de CO2 va de 1 à 10 ! Quand le chauffage de l'eau est plus long (donc avec un appareil peu puissant) la consommation et les émissions sont considérablement réduites.

Pour limiter les GES, il faut également détartrer souvent la bouilloire (avec du vinaigre, comme expliqué ici).

Il est rarement nécessaire de chauffer l'eau à 100° (température d'ébullition), notamment pour le thé ou la tisane. Il existe des bouilloires qui permettent de choisir la température souhaitée. Si on n'en a pas, inutile de réinvestir : il suffit d'arrêter l'appareil avant que l'eau ne bouille. Je me suis aidée d'un minuteur, au début, pour calculer le temps nécessaire à la température souhaitée.

J'évite, enfin, de chauffer une pleine bouilloire pour une simple tasse de thé. Ma tasse me sert de jauge.

 

Retour à l'accueil