Contexte : Le rayon des déodorants est si étoffé, dans les grandes surfaces, que l'on ne peut le classer au rang des cosmétiques qui nous sont devenus indispensables.

C'est davantage une question de pression sociale que d'hygiène : la publicité a réussi à nous rendre insupportable la moindre petite odeur de transpiration naturelle (qui était auparavant un parfum suscitant le désir).

Le - pour la planète : Des produits chimiques très en dessous du premier soupçon (même dans leurs versions Bio) et au fort impact environnemental, par le produit lui-même (tout à fait chimique) et les déchets qu'il génère.

Le geste TE : Cesser le geste systématique du déodorant au sortir de la douche, et trouver des alternatives pour les jours où s'en passer est acceptable, en fonction de la température et de son activité du jour.

Comment : Pour moi, une bonne douche avec du savon suffit à l'hygiène. J'adopte parfois l'eau de Cologne, fraîche et légère en parfum, ou encore de l'eau de lavande naturelle (achetée en bidon et que je mets moi-même dans un joli flacon durable).

Mais mon truc le plus efficace est incontestablement le bicarbonate de soude. J'en ai toujours pour mon usage strictement personnel, dans un petit flacon avec couvercle. Le matin, j'humecte les doigts pour que la poudre puisse y coller, et je frotte tout doucement les aisselles. Résultat garanti : aucune odeur durant 24h (à utiliser avec précaution au début, car il y a des personnes allergiques).

L'avis d'une autre testeuse.

Retour à l'accueil