DLC/DLUO, je gère !

Contexte : Notre société d'abondance a horreur du risque, et nous préférons jeter plutôt que de nous interroger sérieusement sur la comestibilité de nos aliments.

Le - pour la planète : Un gâchis alimentaire édifiant (au minimum 90 kg de nourriture par an et par habitant, et probablement davantage, sont jetés par les entreprises, les commerces ou les consommateurs). Cet état de fait est une honte absolue vis à vis de la planète comme des populations qui n'ont pas assez à manger pour vivre en bonne santé.

Le geste TE : Gérer de façon optimale tout le contenu de son panier alimentaire de façon à ne plus rien jeter.

Comment : Je fais la différence entre DLC (Date Limite de Consommation) et DLUO (Date Limite d'Utilisation Optimale) qui doivent obligatoirement figurer sur les produits. Et surtout, je me fie à mon nez, et j'anticipe ! En cas d'urgence, j'opte pour une cuisson plus longue.

J'achète des produits en fin de DLC ou de DLUO, qui sont soldés par les commerces, de façon à dynamiser cette demande. Et je les cuisine en priorité. En effet, les magasins cherchent à réduire le risque d'avoir des produits périmés dans leurs rayons en anticipant le retrait de ceux qui s'approchent de la date fatidique. Ainsi, les commerçants sont responsables de tonnes de déchets alimentaires non entamés.

DLC et DLUO expliqués ici.

Retour à l'accueil