Contexte : Le moteur thermique, celui de nos voitures individuelles, émet une quantité importante de CO2 dans l'atmosphère.

Le - pour la planète : Les transports (sur route) sont responsables d'un tiers des émissions de CO2 en France. C'est le secteur le plus impactant sur le réchauffement climatique.

Le geste TE : Il existe une alternative, le moteur électrique, qui n'émet pas de CO2 directement dans l’atmosphère. Peu de personnes sautent le pas aujourd'hui.

Pour se convaincre de la nécessité de changer de mode, le mieux est d'essayer.

Comment : Plusieurs marques proposent de réserver un essai sur internet. On peut également appeler directement le concessionnaire. Je suis partie au volant d'une Nissan Leaf (concessionnaire le plus réactif après mes demandes d'essai). Nous avons fait 900 m de dénivelé sur 33 km A/R (Fontaine/St Nizier).

L'expérience est confortable : très peu de bruit, très peu de vibration, on se croirait dans un train privé. La conduite ressemble à celle d'une voiture automatique : pas d'embrayage ni de levier de vitesse. La voiture a de la reprise, y compris en montée, mais il faut gérer son accélération pour ne pas vider la batterie trop rapidement. L'autonomie parait suffisante pour nos routes de montagne, et est évaluée en temps réel en fonction de sa conduite et de la route. En descente et au freinage, la batterie se recharge. Le rapport est performant puisque j'avais 115 km d'autonomie estimée au départ, et 105 km à l'arrivée, pour 33 km parcourus.

Cet essai date de 2016. Depuis, j'ai acquis une Kangoo électrique d'occasion (9000€ / 32 000 km au compteur), qui a relativement peu d'autonomie (100 km, elle est de la première génération) mais qui couvre 100% de mes déplacements quotidiens (hors départs en week-end ou vacances, donc). J'en suis très satisfaite.

Retour à l'accueil