Volonté d'adaptation

Contexte : Le carcan de nos habitudes est beaucoup plus fort que notre désir d'innovation. Moralement difficile, n'est ce pas ?

Et pourtant, c'est bien le cas. Briser une habitude demande une volonté de fer, et de nombreux projets capitulent sous la force de nos insuffisantes facultés d'adaptation.

Le - pour la planète : Toute transition ne peut se faire sans le changement de nos petites habitudes, qui sont nombreuses et musclées. La force des habitudes est un frein considérable à la transition écologique.

Le geste TE : Adopter un plan personnel et stratégique de transition, et se féliciter régulièrement pour ses excellentes capacités d'adaptation.

Comment : Des méthodes existent, les idées fourmillent sur internet, à chacun selon son style.

J'ai commencé par identifier toutes mes habitudes personnelles qui ne vont pas dans le sens de ma volonté de changement pour réduire mon empreinte carbone.

Le moteur qui peut mobiliser efficacement la volonté, c'est la liste des avantages qu'entraîne le changement dans sa vie personnelle. Or, dans le cas d'une transition énergétique, les avantages sont lointains, voire incertains.

Pour changer, je dois donc me mobiliser sans en attendre de bénéfice immédiat, ce qui n'est pas simple.

Pour exercer ma volonté, je m'occupe de mes défis un par un, j'en parle autour de moi, je m'auto-félicite (et oui...) pour mes bonnes décisions.

Les Ecolohumanistes vous montrent comment devenir un éco-consommateur en 3 étapes.

Et vous : avez-vous des trucs à partager pour augmenter sa volonté d'agir au quotidien...?

Retour à l'accueil