Contexte : Tous les économistes ou presque (le nombre de dissidents augmente) ne jurent que par la croissance comme moteur de l'emploi, de la richesse et de la santé globale de l'économie. Les média relayent cette théorie plusieurs fois par jour, en particulier à la télé.

Le - pour la planète : On ne peut pas augmenter la croissance économique sans augmenter la consommation d'énergie et le volume des déchets. Le PIB mondial a doublé entre 1997 et 2012, entraînant le doublement des émissions de CO2. Autrement dit, être favorable à la croissance revient à être défavorable à la planète.

Le geste TE : Sortir de nos têtes la référence systématique à la croissance comme synonyme de performance et de baisse du chômage. Une idée simple peut aider : croissance est synonyme d'augmentation. Pour augmenter la croissance, il faut donc augmenter l'augmentation... on perçoit bien, intuitivement, qu'il y a là un écueil.

Comment : Sous le titre "Halte à la croissance", le Club de Rome a publié le premier rapport alertant sur les limites de notre modèle industriel en 1970 (Et oui... traduit en français en 1973).

Ce livre reste une référence : ses données ont été actualisées en 2004, ce qui a confirmé la pertinence de l'analyse initiale. 

Depuis, on a pris conscience des limites de la croissance, mais on continue à agir en son nom. C'est, à mon sens, le principal obstacle à la transition, à l'échelle nationale comme internationale.

Halte à la croissance !
Retour à l'accueil