J'invite les hommes

Contexte : J'entends d'ici mes lecteurs : "Mais quel rapport...?" D'abord, nous sommes le 8 mars : Journée Internationale des Droits des Femmes. Ce qui m'a incitée à rechercher des liens entre les femmes et la protection de la planète. J'ai découvert les théories de l'éco-féminisme, qui partent de l'hypothèse que l'évolution vers une consommation plus responsable peut prendre aux femmes davantage de temps, au détriment de leur investissement dans la vie professionnelle ou dans la société civile.

Le - pour la planète : Les femmes, qui gardent (la plupart du temps) la responsabilité des tâches domestiques et de la protection des membres du foyer, ont un pouvoir très important dans la démarche de réduction de l'empreinte écologique de l'Homme : elles assument encore, le plus souvent, les achats, le tri, l'organisation des transports familiaux, et pèsent d'un poids certain dans les décisions d'investissement. Leur résistance au changement a donc une certaine légitimité.

Le geste TE du jour s'adresse aux hommes : partagez autant que possible les tâches domestiques et les actions des femmes dans leurs démarches de protection de la planète.

Comment : en revoyant la répartition des tâches à la maison, en s'investissant quotidiennement dans les menus, la préparation des repas, le choix des aliments et des consommations annexes, l'éducation (durable) des enfants, etc.

Que se passera-t-il si l'investissement domestique des hommes continue à être aussi faible? Une partie des femmes courront le risque d'une régression sociale vers un rôle maternel, pour offrir aux enfants un environnement écologiquement sain (en assumant le lavage des couches, les préparations culinaires bio, l'accompagnement éducatif à plein temps...). Une autre partie des femmes préfèrera refuser de devenir mère pour pouvoir s'épanouir dans la société moderne. Une alternative qui ne servirait ni les femmes, ni les hommes.

Pour tout savoir sur l'écoféminisme.

Taux d'activité des femmes en 2014 : 52%. Taux d'activité des hommes : 61%.

Retour à l'accueil