Dans les pays industrialisés du nord, la High-tech est constamment mise en avant. Mais savez vous que, pour des milliers d'ingénieurs des pays du sud, le must, c'est la Low-tech ?

Il s'agit là d'un défi fabuleux pour lutter contre les changements climatiques, c'est pourquoi j'y consacre cet article.

 

Le - pour la planète :(

En pariant sur les technologies pour bâtir l'avenir, nous sous-estimons leur importante consommation d'énergie et de ressources rares, ainsi que les déchets qu'elles entraineront ( 1% seulement des métaux des appareils connectés sont aujourd'hui recyclés dans le monde).

Exemple : la 5G, ou le Métavers.

 

Je change mes habitudes :)

Les inventions Low-tech répondent à quelques principes de base : fabrication locale, faible impact environnemental, objets réparables, s'adressant à tous et que chacun peut réaliser soi-même sans acheter de coûteux brevets.

 

Comment faire ?

Je ne suis pas du tout ingénieure, ni technicienne, mais je suis partante pour me sensibiliser à la Low-tech.

Je suis donc le projet Nomade des mers : ce catamaran voyage en autonomie pour aller recueillir tout autour du globe des inventions Low-tech, et les partager.

Le site Lowtech-Lab présente les défis auxquels nous pouvons faire face, pour que chacun puisse contribuer à apporter des solutions. Des classes de collège, notamment, se mettent à réfléchir autrement pour pouvoir participer, selon les principes de l'intelligence collective et du DIY (Do It Yourself). C'est chouette !

J'ai lu l'interview d'un spécialiste qui mène une réflexion pour que les pays industrialisés s'intéressent au Low-tech.

L'important, pour la Transition, c'est de se remuer un peu les méninges ! et de sortir du cadre.

 

Vive la low-tech !
Retour à l'accueil