Contexte : La pollution au CO2 est inodore et sans effet direct sur la santé.

Le - pour la planète : L'effet indirect de la pollution au CO2 et autres gaz à effet de serre est grave, mais négligé, parce que personne ne peut le mesurer au jour le jour autour de lui.

Or les émissions de dioxyde de carbone dans le monde sont passées de 21 milliards de tonnes en 1990 à 43.1 milliards de tonnes en 2019. C'est vraiment beaucoup, mais on ne le voit pas, on ne le sent pas.

Ce qui se mesure très bien, en revanche, c'est la pollution aux particules fines. Et il se trouve que la corrélation entre ces deux pollutions, CO2 d'un côté, particules de l'autre, est forte.

Le geste TE : S'intéresser de plus près à la qualité de l'air qu'on respire pour accroître sa motivation à réduire ses émissions carbone.

Comment : Prév'air mesure au jour le jour la qualité de l'air dans toutes les régions de France, et met ses résultats en ligne. Je le garde dans mes favoris.

Sur le site GEOIDD du Ministère de l'environnement, on peut vérifier le nombre de jours où la concentration dans l'air en particules est forte, dans votre région.

Pour bien comprendre les relations entre émissions de GES et pollution atmosphérique, il y a cette page sur AirParif.

Et si vous avez envie de vous engager concrètement dans la lutte contre la pollution de l'air, contactez l'association Respire.

Retour à l'accueil