Contexte : Les super-hyper-marchés sont aujourd'hui les lieux quasi-incontournables de notre approvisionnement. On y trouve tout : peut-on rêver mieux...?

Le - pour la planète : Tout ce qu'on y trouve provient de n'importe où dans le monde.

Trop souvent, c'est n'importe quoi : des choses inutiles qui excitent notre convoitise mais ne serviront guère.

Et il n'y a rien de mieux placé qu'un supermarché pour encourager le productivisme industriel, les engrais, les déchets, bref : tout ce qui est anti-transition.

Le geste TE : Se passer progressivement des supermarchés pour réorienter ses courses vers le commerce de proximité et les marchés.

Comment : D'expérience, ce n'est pas un engagement facile de se passer complètement de supermarché. Je les fréquente désormais très épisodiquement, et sans aucun regret.

Question qualité, le changement est incomparable : les produits frais locaux me donnent une grande satisfaction.

Question budget : je m'y retrouve, car le volume de mes achats a diminué sérieusement.

Question convivialité : discuter avec ses commerçants, ce n'est pas du temps perdu !

Voici un article qui donne des trucs et des arguments. Et voici le récit du défi 1 mois sans supermarché, mode d'emploi.

Retour à l'accueil