Conduite montagnarde

Contexte : Dans nos petites (ou grandes) bagnoles zotomobiles zultra-confortables et zultra-silencieuses, on oublierait presque que le moteur est à explosion, qu'il consomme et qu'il rejette.

Le - pour la planète : on a tendance à se servir des pédales frein et accélérateur plus que le nécessaire, ce qui génère un surplus d'émissions carbone non négligeable.

Le geste TE : Mon grand père après la première crise pétrolière, coupait le moteur dans les descentes... Pas terrible question sécurité.

Mais on peut s'en inspirer en cessant d'accélérer en pente descendante, pour utiliser l'énergie cinétique du véhicule, presque sans consommer et presque sans rejeter.

Comment : en montagne, c'est le mode de conduite des chauffeurs tranquilles, qui récupèrent à la descente le surplus d'énergie consommée à la montée. On peut adopter ce réflexe sur toutes les routes vallonnées. Attention cependant à garder la maîtrise de sa vitesse par le contrôle du frein moteur.

Avec un véhicule électrique, ce type de conduite devient rapidement automatique, puisqu'on recharge la batterie avec le frein moteur.

Retour à l'accueil